Se réchauffer grâce aux plantes

Ah ce vilain hiver qui peut nous sembler éternel, ce froid qui nous prend jusque dans les os! Saviez-vous que bien des plantes médicinales, épices, fines herbes et même aliments peuvent aider à nous réchauffer? Génial non? Avec ça, l’hiver ne sera plus jamais aussi intolérable et pourra même devenir une source de bonheur : « Enfin une bonne excuse pour se gaver de délicieux chaï! ».

Si tout cela vous semble à prime à bord complètement ésotérique, pensez-y un instant. Est-ce que vos habitudes alimentaires changent entre l’été et l’hiver? Avez-vous les mêmes envies de ragoût en pleine canicule ou de melon d’eau quand il fait -30°C? Probablement pas. Voilà le premier indice que les aliments ont une « température », si je puis dire. Il en va de même pour les épices, les fines herbes et les plantes médicinales.

Il s’agit donc l’hiver de nourrir notre feu intérieur afin qu’il nous garde au chaud. Selon la médecine traditionnelle chinoise, le feu représente notre capacité à contenir l’énergie provenant du soleil. Un bon feu interne entraîne une bonne vitalité, de la joie, de l’enjouement et ce feu se propage par le rire (n’est-ce pas une belle image!). Un feu fort favorise notre capacité à donner et à aimer (notez que l’organe relié au feu est justement le cœur). D’ailleurs, en ayurvéda (la médecine traditionnelle indienne), on parle de feu digestif (agni). Ce feu permet de dégrader les aliments. Il faut donc le nourrir et l’aider à faire ce travail essentiel. Ce qui est intéressant, c’est que malgré les différences de visions, les épices et aliments ayant cet effet se recoupent souvent, on parle donc beaucoup des épices et fines herbes. Ces plantes, stimulant majoritairement la circulation sanguine, augmenteront l’apport de sang au système digestif. Ce n’est pas pour rien que depuis si longtemps, les différentes cultures utilisent diverses combinaisons d’assaisonnements pour leurs plats.

De plus, si on cuit ou réchauffe un aliment, on augmente sa température. On peut donc diminuer l’impact d’un aliment froid comme le lait. Il ne deviendra jamais un aliment chaud, mais nous pourrons au moins éviter de nous refroidir. Et à l’inverse, on peut prendre un aliment réchauffant et le consommer froid, il sera alors plus neutre. Notez aussi que certains aliments sont neutres, et oui! En voici quelques-uns : l’ananas, le shiitake, les œufs, les poissons, la majorité des légumineuses, la pistache, la noisette, la graine de lin et les graines de citrouille.

Les plantes et aliments réchauffants ne sont pas faits pour celles et ceux qui ont tendance à avoir chaud ou à avoir des bouffées de chaleur, mais plutôt pour ceux qui ont toujours froid, ou qui ont les extrémités froides. En plus d’ajouter des aliments (dont nous parlerons bientôt), il faut aussi penser à s’habiller adéquatement (afin d’éviter la perte de chaleur), à bouger (afin de créer de la chaleur et de favoriser le mouvement du sang partout dans le corps) et à éviter les aliments froids l’hiver (trop d’aliments crus, du jus ou de la crème glacée). Un froid interne qui s’installe peut énormément ralentir le métabolisme, diminuer la circulation sanguine (les gens auront tendance à être pâles), diminuer l’efficacité du système immunitaire, ralentir la digestion et entraîner des constrictions et contractions telles que des crampes. Pensez effectivement à une rivière gelée, le flot ne circule pas, il stagne. Un autre signe d’un froid interne est une aversion à boire de l’eau (puisqu’elle est de nature froide). Dans ce cas, essayez de boire de l’eau chaude. On peut d’ailleurs appliquer de la chaleur directement. Si une bouillote diminue le froid, la douleur ou les crampes, on peut déduire que nous avons un froid interne. Vous vous reconnaissez? C’est à vous que ces astuces sont dédiées!

On peut aussi privilégier ces alliés lorsque nous avons un rhume ou une grippe. En effet, selon la médecine traditionnelle chinoise, ces affections sont dues à une attaque de vent froid. Quoi de mieux pour le combattre que d’allumer et d’alimenter un bon feu chaud.

Vos alliées pendant l’hiver sont donc pour la plupart des épices : gingembre et cannelle (des championnes!), cardamome, anis étoilé, carvi, clou de girofle, graines de coriandre, poivre, cayenne, graines de fenugrec, graines de moutarde et muscade. Si vous avez déjà lu les ingrédients d’un chaï (ce thé indien épicé) ou en avez déjà confectionné vous-même, vous reconnaissez probablement certains constituants. Petite astuce : l’écorce d’orange (ou pelure d’orange que vous pouvez faire sécher vous-même) est également chaude et ajoute un si bon goût!

Autrement, vous pouvez intégrer ces épices dans votre alimentation. Pourquoi ne pas faire une compote de pommes généreusement assaisonnée en cannelle (et en cardamome, gingembre, etc.) ou même tout simplement saupoudrer vos quartiers de pommes ou de poires avec votre épice préférée. Pour ceux qui aiment les smoothies, essayez aussi d’y ajouter vos épices préférées (et d’éviter de le boire trop froid, mais plutôt température pièce).

L’ail et l’oignon sont également dans les aliments les plus réchauffants. Au niveau des fines herbes, on privilégie le romarin qui stimule la circulation sanguine, le thym qui favorise l’excrétion du mucus des sinus et des bronches et le basilic dont le goût réconforte tant.

Pour terminer, je vous laisse sur une liste non-exhaustive d’aliments réchauffants : agneau, poulet, crevettes, truite, cajou, pacane, amande, noix de Grenoble, noix de pin, kale, épinards cuits, feuilles de moutarde, courge d’hiver, riz, épeautre, avoine, quinoa et lait de coco.

Sur ce, je vous souhaite une belle fin d’hiver autour d’un bon feu!

***

Et vous quelles sont vos épices préférées et comment les intégrez-vous à votre alimentation? Partagez vos astuces ci-dessous!

Vous avez tendance à avoir toujours froid? À avoir de la difficulté à passer au travers de l’hiver? Afin de recevoir des recommandations personnalisées, contactez-moi afin de prendre un rendez-vous.

10749182_10152375674947234_1993047361_n

Avertissement :

Ces parutions ne servent qu’à des fins éducatives et ne visent aucunement à soigner, traiter ou établir des diagnostics médicaux. Ils ne constituent pas non plus une incitation ou un encouragement à interrompre des traitements médicaux. Si vous prenez des médicaments, que vous êtes enceintes ou allaitez, consultez un herboriste thérapeute accrédité ou un professionnel de la santé avant de prendre des plantes médicinales. Le contenu des textes sur ce site n’a pas fait l’objet d’une évaluation par Santé Canada.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s